TEST – WATCH DOGS LEGION : UNE AVENTURE LONDONIENNE CONVAINCANTE ?




Dernier épisode en date de la célèbre franchise de hacking en open-world, Watch Dogs Legion propose de vous faire voyager en plein cœur de Londres dans un opus qui promet d’être encore plus ambitieux que ses prédécesseurs.

Officiellement annoncé à l’occasion de la conférence Ubisoft de l’E3 2019, Watch Dogs Legion a malheureusement subit quelques reports avant de finalement sortir sur PC, PlayStation 4 et Xbox One le 29 octobre dernier, puis sur les consoles de nouvelle génération dans la foulée. Alors, ce passage dans la capitale anglaise vaut-il le détour ? Voici donc notre avis…

UN SCÉNARIO PLUTÔT PLAISANT MAIS (BIEN TROP) PRÉVISIBLE

Alors que le second opus avait souhaité apporter plus de légèreté à la franchise en proposant d’incarner un héros plus extravagant dans un environnement plus coloré que le premier épisode, Watch Dogs Legion semble vouloir retourner au source en mettant en avant un ton plus sérieux tout en proposant un terrain de jeu bien différent des précédents. En effet, cette troisième aventure s’installera dans un Londres post-Brexit et son introduction vous placera aux commandes d’un membre de Dedsec, le groupe de hacker dont vous faites partis, tentant d’empêcher la perpétration de multiples attentats au sein de la capitale britannique.

Malheureusement, vous y laisserez la vie et votre clan sera même accusé à tort d’avoir commis ces horribles crimes. Dès lors, vous aurez la lourde tâche, avec l’aide de deux de vos comparses prénommés Sabine et Bagley, d’organiser petit à petit la résistance, prouver l’innocence de DedSec, comprendre ce qu’il s’est réellement passé et rendre sa liberté au peuple Londonien tout en recrutant de nouveaux membres (nous y reviendrons plus tard…).

Votre périple vous poussera à faire la connaissance de divers groupes ayant pris le pouvoir au sein de la ville depuis ces fameux attentats. La sécurité de la capitale sera par exemple confiée à Albion : une société militaire privée et dirigée par Nigel Cass ayant notamment pour but de traquer sans merci les membres de Dedsec, tout en déployant des IA et des drones autonomes et en mettant en place un couvre-feu et bon nombre de restrictions pour la population. De la propagande visant à promouvoir la sureté et la bonne santé économique de la cité sera même mis en place afin de minimiser les nombreuses émeutes, arrestations arbitraires et autres violences gratuites commises par les soldats de cette milice. Outre Albion, vous croiserez également le chemin du Clan Kelley commandé par la redoutable Mary, le collectif Zero-Day et le groupe des SIRS dont la mission principale sera de traquer les auteurs des attentats.




A la suite de cette fameuse séquence d’introduction, vous aurez la possibilité de sélectionner votre personnages de départ parmi une longue liste de citoyen créer aléatoirement et bénéficiant d’un CV, d’un background et d’équipements propres à chacun. Vous pourrez bien entendu modifier l’apparence de votre héros par la suite avec de nouveaux accessoires glanés en complétant des missions ou en vous rendant dans les nombreuses boutiques éparpillées aux quatre coins de la ville. Votre aventure se mettra ensuite pleinement en place et vous permettra d’explorer une reproduction très fidèle de la capitale anglaise sublimée par les innombrables couleurs et reflets des nombreux néons, écrans et autres équipements high-tech.

La ville, on ne peux plus vivante et diversifiée dans ses décors et environnements, sera divisée en huit borough (ou arrondissements) qu’il ne tiendra qu’à vous de libérer de l’oppression d’Albion en mettant à mal leur système de propagande, en récupérant des preuves dissimulées, en sabotant leurs installations, ou encore en mettant hors d’état de nuire des VIP.




Bien que plutôt plaisante à parcourir et bénéficiant d’un ton très mature, l’intrigue principale d’une durée d’une quinzaine d’heures est malheureusement trop prévisible et ne vous apportera que très peu de tournants scénaristiques forts. De plus, même si la possibilité de pouvoir incarner n’importe quel PNJ  (ou presque) présent dans le jeu apporte une formidable dose de diversité, cela vous empêchera malheureusement de vous identifier à un seul et même héros, ce qui pourra parfois retirer un peu de saveur à cette aventure.

Outre sa trame principale et ses missions de boroughs évoquées précédemment, Watch Dogs Legion vous offrira pareillement la possibilité de vous atteler à diverses quêtes secondaires plutôt sympathique car scénarisées et bien intégrées au scénario du jeu. Comme dans tout open-world moderne, vous pourrez également chercher et trouver bon nombre de collectibles tels que des photos, des documents, des audios et même des objets qualifiés de “reliques”. Enfin, vous pourrez vous prendre pour un livreur Amazon et récupérer des colis à livrer selon différents propriétés : urgent, fragile ou contrebande. Bien sûr, chaque livraison réussi vous permettra d’obtenir diverses récompenses.

LE RECRUTEMENT, C’EST IMPORTANT !

Nous vous en parlions plus haut : là où Watch Dogs Legion se distingue vraiment de ses prédécesseurs, c’est dans sa possibilité de recruter la plupart des PNJ que vous croiserez dans les rues de Londres. De la même façon que votre héros, chacun de ses personnages auront leurs propres background, occupations, équipements et caractéristiques, mais possèdent néanmoins tous un point commun : le désir de rejoindre Dedsec en échange d’un service. Ainsi, lorsque vous souhaiterez rallier un nouvel agent à votre cause, une mission de recrutement se déclenchera et vous permettra de finaliser ledit enrôlement en cas de succès. En revanche, sachez que certains réfractaires aux agissements de votre clan seront bien plus difficiles à recruter et nécessiteront de votre part un travail de recherche afin d’identifier leurs points faibles potentiellement exploitables, ou des moyens de leurs venir en aide et ainsi faire remonter leur estime pour vous.

Outre le recrutement à la volée en pleine rue, sachez que vous engagerez automatiquement de nouveaux partisans après chaque libération de quartier, et que Bagley participera également à ce travail de recherche en vous proposant des profils intéressants pour votre groupe. En effet, il sera important de vous attarder sur les métiers et capacités de vos potentiels recrues puisqu’un avocat pourra par exemple alléger la peine de prison d’un agent en cas d’arrestation, tandis qu’une ambulancière réduira le temps de soin d’un agent tombé au combat et qu’un expert en cryptomonnaies vous permettra d’engranger plus d’argent à chaque mission complétée.




Enfin, sachez que le passage d’un agent à l’autre peut se faire à n’importe quel moment via le menu “Equipe” de votre smartphone. Dans le cas où vous auriez désactiver la mort permanente de vos partisans en début d’aventure, sachez qu’à chaque arrestation ou blessure sérieuse de l’un des vôtres, vous pourrez choisir de prendre les commandes d’un autre membre du groupe afin de terminer votre quêtes en cours, jusqu’à ce que le cooldown de l’agent mis hors-service soit terminé.

Bien qu’encore perfectible sur certains points, le système de recrutement de Watch Dogs Legion reste tout de même une belle réussite que ce soit dans son fonctionnement ou sa variété. De plus, malgré le ton généralement très sérieux de ce troisième épisode, vous pourrez déceler quelques petites doses d’humour dans certains descriptions des personnages à l’image de la femme dominatrice SM, de la magicienne pouvant hypnotiser ses assaillants, ou encore de l’homme souffrant de flatulence bruyante passible de trahir sa discrétion lors des phases d’infiltration !

UN GAMEPLAY AU TOP !

Qui dit Watch Dogs dit bien évidemment hacking et infiltration, et sur ce point aussi, le jeu bénéficie de quelques nouveautés et améliorations. D’une part, toutes les attaques au corps à corps et diverses éliminations ont vu leurs animations et leur réalisation largement perfectionnées par rapport aux épisodes précédents. Comme traditionnellement, vous pourrez pareillement jouir d’un système de couverture lors des séquences d’infiltration, de gunfights ou de traques, et même vous prendre pour l’Agent 47 en enfilant une tenue adaptée à la situation. En effet, vous pourrez par exemple choisir de vous introduire dans une zone interdite garder par des soldats d’Albion en utilisant un agent vêtu d’un uniforme de la milice privée afin de vous y infiltrer plus facilement. Il vous faudra simplement veiller à ne pas effectuer d’actions suspectes et ne pas vous approcher trop prêts de vos ennemis, sous peine de vous faire repérer !

Pour vous aider dans vos pérégrinations, vous aurez également accès à tout un tas de gadgets et équipements. Outre les traditionnels arme à feux et autres pistolets paralysants, vous pourrez de même utiliser un scanner vous permettant d’en apprendre plus sur votre environnement (notamment les emplacements des caméras et des serveurs du ctOs), ainsi que divers accessoires et talents de piratages déblocables et améliorables à différents niveaux grâce à des points de tech à dénicher dans la ville ou à glaner en complétant des quêtes.

De cette façon, vous pourrez notamment augmenter la taille du chargeur de votre fusil à pompe incapacitant, débloquer l’accès au drone-missile et à ces munitions à tête chercheuse, apprendre la capacité à mettre hors d’état de nuire les drones de combats ennemis, ou encore enrayé à distance l’arme d’un de vos adversaires. Ce système vous donnera ainsi de nouvelles facultés tout au long de votre aventure et participera activement à faire varier le gameplay et vos possibilités d’approches.




En ce qui concerne le hacking, sachez qu’un très grand nombre d’objets et systèmes seront piratables à l’instar des arachnobots, des caméras de surveillance, des serveurs, des écrans, des équipements de gardes, des pièges, ainsi que de nombreux types de drones. En bref, tout ce qu’il vous faut pour passer inaperçu aux yeux des soldats ennemis tout en accédant à votre objectif !

Dans le cas où vous n’auriez pas réussi à rester discret, il est très probable qu’une phase de gunfights et de course poursuite se mette en place. Mais pas de panique puisque, là encore, vous jouirez de différentes possibilités de piratages ! Vous pourrez notamment abaisser des barrières, fermez des portails ou faire surgir des plots en béton juste avant le passage d’un véhicule ennemi, ou même prendre le contrôle d’une voiture à distance et la forcer à foncer droit dans un mur. 




Malheureusement, Watch Dogs Legion souffre encore d’une IA inégale tantôt aveugle, tantôt agressive et prête à vous zigouiller à plusieurs dizaines de mètres à distance. Cela étant dit, le gameplay de ce nouvel opus reste d’une très grande qualité et bénéficie d’une prise en main rapide et facile sublimé par un level-design inspiré et laissant généralement le soin aux joueurs de choisir son approche : par les airs, via les conduits d’aération, ou même en frontale…

Pour vous déplacer dans cette reproduction de Londres, vous disposerez pareillement des traditionnelles cartes, mini-map et GPS vous accompagnant notamment dans vos déplacement motorisés. D’ailleurs, bien qu’elle soit encore améliorée par rapport à Watch Dogs 2 et surtout Watch Dogs premier du nom, la conduite souffrira parfois d’une physique encore un poil capricieuse, voir incompréhensible… Et pour ceux qui souhaiterait éviter le plus possible les déplacements, sachez que vous pourrez profiter des stations de métro de la ville pour effectuer des trajets rapides et ainsi vous rendre au plus près de votre objectif.

UNE TRÈS BONNE AMBIANCE MALGRÉ QUELQUES TARES TECHNIQUES

Soyons clairs et directs, Watch Dogs Legion dispose d’une ambiance sonore et visuelle d’une grande qualité, avec un vrai plus apporté par le Ray Tracing étant donné la tonne de lumière et de néon disposé dans la ville. La modélisation des bâtiments et autres décors paraitront toujours très justes dans une Londres fourmillante de vie et de détails où il ne sera, par exemple, par rare de croiser divers tags habillant des ruelles sombres, des paysages urbains légèrement modifier par l’ajout d’éléments plus modernes, ou des discussions entre PNJ valant sérieusement le détour ! Il faut également souligner le soin apporter aux doublages des personnages jouables et l’effort fait pour intégrer les nouvelles recrues aux dialogues et cinématiques.

En revanche, de meilleurs animations faciales accompagnées d’une modélisation des visages plus soignées, ainsi qu’une réalisation un peu moins sommaire et plus fluide (moins de micro-chargements et de meilleurs angles caméras dans certaines situations notamment…) aurait permis une meilleure immersion dans l’histoire. De même, le moteur physique vieillissant du jeu apportera son lot de bugs et de problèmes de collisions et animations parfois foireuses…




Pour rappel, Watch Dogs Legion est disponible depuis le 29 octobre sur PC, PlayStation 4 et Xbox One, et depuis quelques jours sur PlayStation 5 et Xbox Series S / X. Si vous souhaitez vous le procurer tout en faisant des économies, sachez que notre partenaire Instant Gaming vous le propose à 46,49 € au lieu de 60 €, soit une réduction de 23 %.

Review
  • 15Total Score

    Ayant pour but principal de faire évoluer la formule mise en place dans les opus précédents, Watch Dogs Legion réussit plutôt bien sa mission. Le système de recrutement bien ficelé, ainsi que les nombreuses nouveautés de gameplay vous permettront de passer de nombreuses heures satisfaisantes à arpenter le level-design soigné d'une Londres brillamment construite et mise en lumières. En revanche, vous retrouverez également de nombreux défauts présents dans les épisodes antérieurs à l'image du moteur physique vieillot et de la réalisation souvent trop sommaire pour vous immerger totalement dans ce monde. Watch Dogs Legion reste tout de même un bon jeu qui devrait séduire les fans de la série, tout en ralliant peut-être de nouveaux membres à sa cause.

      • Points positifs
        • Une ambiance générale au top
        • Très jolie visuellement
        • Un gameplay solide
        • La liberté d'approche
        • Un level-design soigné
        • Le système de recrutement qui fonctionne
        • La durée de vie copieuse et le contenu secondaire scénarisé et lié à l'intrigue principale
      • Points négatifs
        • Un scénario trop prévisible
        • Un moteur physique vieillissant
        • Une réalisation souvent trop sommaire
        • Une IA ennemie inégale
        • Le manque d'identification à un héros principal
    Login
    Loading...
    Sign Up
    Loading...